SDCA / E-3F "FRENCH AWACS"

lundi 19 février 2007
popularité : 3%
3 votes

Awacs de l'Otan Les avions de guet aérien AWACS (Airborne Warning and Control System en anglais ; ou SDCA pour Système de détection et de commandement aéroporté en français) sont en fait des stations radar volantes permettant à la fois de surveiller un vaste espace aérien, et des postes de commandement pour les opérations aériennes ou de lutte anti-aérienne.

  • Historique

    E-1 Tracker dérivé du Grumman Tracker S-2FT Le premier AWACS a été développé par la marine américaine au début des années 1950 : il s’agissait du Grumman E-1 Tracer , dérivé de l’avion de lutte anti-sous-marine Grumman Tracker S-2FT . Mis en service en 1954, il a été remplacé en 1964 par le premier avion spécifiquement conçu pour ce rôle, le Grumman E-2 Hawkeye , qui était toujours en service en 2006.

Beriev A-50 De son côté, l’USAF développa un système plus performant car non soumis aux contraintes liées à l’emploi depuis un porte-avions : le Boeing E-3 Sentry. Ce système fut mis en service en 1977.

L'Lliouchine II-76 L’URSS introduisit dans les années 1980 son propre AWACS, le Beriev A-50U , basé sur l’ Iliouchine Il-76 . Ces deux systèmes ont été exportés vers différents pays.

D’autres systèmes plus ou moins performants ont été développés depuis, notamment par Israël.

  • Quelques dates

    - Le 26 février 1987, la France passa la commande de quatre E-3 dans le cadre d’un contrat négocié directement avec la firme Boeing.
    - Le 26 juin 1990, premier vol de l’E-3F entre l’usine d’assemblage de RENTON et la maison mère de Boeing à SEATTLE pour l’installation de l’antenne radar et de sa protection : le rotodome, vaste champignon.
    - Le 10 octobre 1990, en provenance des Etats Unis, l’E-3F n°201 est escorté par 4 avions de chasse de la défense aérienne jusqu’à son premier atterrissage sur le sol français à l’aéroport du Bourget pour être pris en compte par UTA Industrie.
    - Le 26 juin 2013, le passage des 50.000 heures de vol des avions E-3F a été célébré sur la base aérienne 702 d’Avord.
    - Le 17 février 2014, Boeing et Air France Industries KLM Engineering & Maintenance (AFI KLM E&M) annoncent avoir achevé le chantier de modification du premier des quatre avions-radar AWACS.
    - Le 12 juillet 2017, la Direction Générale de l’Armement ( DGA ) a confié à Air France Industries ( AFI ) le marché de rénovation de l’avionique des quatre avions-radar AWACS. Dans le poste de pilotage, la planche de bord, équipée d’indicateurs analogiques, sera remplacée par une planche de type glass cockpit doté de cinq écrans multifonctionctionnels. Ceci permettra de réduire de quatre à trois le nombre de membres de l’équipage de conduite pour voler en toute sécurité dans les espaces aériens civils, partout dans le monde. La première livraison est attendue en 2022.

  • Cette modernisation à mi-vie porte sur les points suivants :

    - Un affichage primaire qui accroît la «  conscience de la situation  » grâce à une interface intuitive et une base de données cartographiques détaillée ;
    - L’amélioration des interrogations pour l’identification d’appareils ami ou ennemi IFF (Identification Friend-or-Foe) avec mode S et mode 5 ;
    - L’augmentation du nombre de consoles de mission à bord de chaque appareil (14 au lieu de 10) ;
    - Une puissance de calcul en mission accrue, qui assure de meilleures performances grâce à des outils avancés de gestion des combats tels que la gestion automatique des ordres de missions aériennes (Automatic Air Tasking Order) et l’actualisation des ordres de coordination aérienne (Airspace Coordination Orders), la gestion des ressources et des capteurs, et grâce à des outils décisionnels automatisés ;
    - L’amélioration des capacités d’identification issues de liaisons de données non embarquées et de capteurs intégrés ;
    - Le processus d’intégration de sources multiples (Multi-Source Integration) qui recueille automatiquement les données issues de différentes sources, embarquées ou non : radar, mesures de renseignements électroniques (Electronic Support Measures) et Liaison 16 (Link 16) pour offrir des moyens de suivi nettement plus performants ;
    - Le contrôle et la gestion de radio numérique par l’intermédiaire du nouveau sous-système informatique de mission ;
    - Une architecture en système ouvert qui accélère les mises à niveau des logiciels et est moins gourmande en ressources matérielles.

  • Principe

    Les systèmes AWACS comprennent : Boeing 707

  • une plate-forme aéroportée, dérivée par exemple d’un avion de ligne civil le Boeing 707 modifié (707-320B)
  • un puissant radar monté dans un rotodome installé sur le dos de la plate-forme
  • les systèmes électroniques et des systèmes de communication nécessaires
  • des membres d’équipages chargés de surveiller les écrans radar et de coordonner les opérations aériennes

Les AWACS modernes peuvent détecter d’autres avions jusqu’à 400 km de distance, bien au-delà des systèmes anti-aériens conventionnels. Ils permettent surtout la détection de raids à basse altitude, car ils ne sont pas gênés par le relief.
En combat aérien, les AWACS peuvent contrôler le trafic ami, étendre la portée de détection des avions de combat et les aider à rester discrets en leur permettant de rester en silence radar. Ils sont bien sûr détectables par leurs propres émissions et, très vulnérables, ils sont donc protégés par des avions de combat.

Un avion E-3A volant à 9.150 mètres (30.000 pieds) assure la couverture radar d’une zone de 312.000 km². Trois avions E-3A dont les orbites se chevauchent sont en mesure de couvrir intégralement toute l’Europe centrale.

SDCA / E-3F "FRENCH AWACS"

Un beau profil Depuis 1990, les 4 AWACS français appelés SDCA pour le système de mission et E-3F pour la cellule sont stationnés sur la base aérienne 702 d’Avord au centre de la France,à 20 kilomètres de la ville de Bourges.

-------------------------------------------------------------------------

Guide de reconnaissance

Guide de reconnaissance Ailes basses et en flèches ; radôme sur le fuselage arrière ; 4 turboréacteurs situés sous les ailes.

Date premier vol 22 juin 1990
Date de mise en service dans l’armée de l’air 1991
Envergure 44,4 m
Longueur 46,6 m
Hauteur 12,6 m
Poids à vide équipé 85,6 t
Poids maximal au décollage 151,95 t
Type de propulseur réacteur CFM 56-2-A3l
Poussée 4 x 10 t
Vitesse maximale Mach 0,9
Plafond opérationnel 14.000 m
Ravitaillement en vol oui
Distance de roulement
- au décollage 2.100 m
- à l’atterrissage 1.800 m
Équipage 17 membres d’équipage dont : 2 pilotes, 1 navigateur, 1 mécanicien navigant, 9 contrôleurs ou opérateurs de défense aérienne, 1 technicien, 1 opérateur transmissions, 1 opérateur informatique et 1 technicien radar
Type de radar AN/APY-2 de Westinghouse
Constructeur Boeing

Sources : Wikipédia, Armée de l’air, Digithèque de l’OTAN ...


Agenda

<<

2017

>>

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 28 juillet 2017

Publication

451 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
9 Sites Web
5 Auteurs

Visites

141 aujourd'hui
307 hier
1972188 depuis le début
16 visiteurs actuellement connectés