Super Étendard

samedi 28 avril 2007
popularité : 6%
3 votes

1974. C’est l’année de naissance du chasseur bombardier embarqué Super Étendard surnommé le Corsaire . Pour un avion qui ne devait être à l’origine qu’une évolution de l’ Etendard IVM , le Super Etendard en a surpris plus d’un. Liban, Bosnie, Kosovo, Afghanistan, ses missions opérationnelles ne sont pas passées inaperçues. Super Etendard surnommé le Corsaire
Effectivement, l’avion n’est pas récent. Mais son système de combat est l’un des plus efficaces et modernes d’Europe.

Son secret : cinq modernisations successives de grande envergure.

La refonte de l’avion et de son système d’armes fut si complète que le Super Étendard ne partage plus guère aujourd’hui qu’une partie de son nom (et d’excellente qualité de vol) avec le glorieux ancêtre. Le Super Étendard est un appareil dont les qualités manœuvrières en basse et moyenne altitude en font un remarquable avion d’assaut capable de traiter des objectifs maritimes ou terrestres avec des armements aussi diversifiés que l’armement nucléaire, les missiles anti-surface et air-sol, les bombes et le canon.

Les quatre programmes de modernisation du Super Étendard

Entré au service actif en 1978 Le Super Étendard est d’une génération assez ancienne mais ses nombreuses modernisations lui ont permis de rester au fil des années, le fer de lance de l’aéronautique navale française.
Opérationnel depuis 1978, le Super Etendard, qui a succédé à l’ Etendard IV sur les porte-avions français Clemenceau et Foch et pour finir mis en œuvre depuis le Charles de Gaulle, a été produit à 85 exemplaires par Dassault Aviation. L’essentiel (71) a été réceptionné par la marine française, les autres étant vendus à l’Argentine.

  • 1991 : le standard 2

Le programme de modernisation qui a conduit au standard 2 portait pour l’essentiel sur l’amélioration :
- des capacités de détection (nouveau radar),
- des capacités de traitement du système de navigation et d’attaque,
- de la conduite de mission (modernisation de la cabine de pilotage et introduction d’un combiné de visualisations tête haute et moyenne),
- de la capacité d’emport par la création de deux points d’emport supplémentaires.

  • 1997 : le standard 3

Cabine de pilotage Intégration de la première conduite de tir à guidage laser autonome avec le pod ATLIS, le missile AS30 Laser et les bombes GBU 12 (corps Mk 82 et BLU 111) pour l’attaque de précision de jour.

  • 2000 : le standard 4

Capacités complémentaires correspondant :
- à l’extension du guidage laser à de bombes de 125 et 250 kg CBEMS (Corps de Bombe à Effets Multiples Sécurisée)
- intégration du système d’auto protection (SAP),
- à l’introduction d’une capacité de reconnaissance aérienne (pour remplacer les Etendard IV P),
- à l’amélioration de la précision de navigation (par utilisation du GPS).

  • 2006 : le standard 5

Une modernisation ultime pour apporter les améliorations suivantes :
- optimisation du pod de désignation laser jour/nuit Damoclès (livré avant la sortie du standard 5 avec des fonctionnalités minimales),
- évolutions du système de navigation et d’attaque (amélioration de la précision des bombes et intégration totale du pod Damoclès),
- intégration du poste radio SATURN à évasion de fréquence (communication sécurisée et comptabilité avec les normes civiles et OTAN),
- amélioration du pilotage automatique, (pour décharger le pilote durant les phases de combat)
- ouverture de nouvelles configurations (notamment l’amélioration de l’autonomie avec le système d’emport bi-bombe)

Pour tous ses utilisateurs, le SEM aura été un avion sûr et sain. « Une mobylette customisée » selon le bon mot d’un de ses pilotes. Son principal point faible touchait à sa motorisation : un ATAR 8K50 , réacteur Snecma identique au 9K50 du Mirage F1 , mais sans la post-combustion. Tout juste 5.000 kg de poussée…
S’il n’était pas bien vigoureux, l’Atar était en revanche fiable et solide. Une véritable chaudière à mazout dans laquelle il suffisait d’ajouter de l’huile (1,5 litre par heure de vol) et du pétrole. Bon d’accord, la régulation moteur tombait parfois en panne et là, c’était le retour cahin caha au bateau, sans trop toucher à la manette des gaz. Mais si tout avait toujours été facile, l’Aéronavale n’aurait plus été l’Aéronavale…
A Kandahar pendant l’été 2008, il fallait décoller tôt le matin et manger toute la piste pour mettre les avions en l’air, avec sous l’aile une pauvre bombe de 250 kg.

  • 12 juillet 2016 : retrait officiel du service actif sur la base de Landivisiau.
  • 16 mars 2016 : dernier catapultage d’un Super Étendard Moderniés SEM depuis le Charles de Gaulle.

-------------------------------------------------------------------------

Super Étendard - Guide de reconnaissance

Guide de reconnaissance

Nez pointu mais un peu joufflu ; ailes basses et en flèche ; empennage en flèche ; un réacteur à simple flux ; entrées d’air sur le fuselage, de part et d’autre du cockpit.

Caractéristiques

Comparaison Super Etendard Rafale M
Date premier vol 28/10/1974 12/12/1991
Date de mise en service juin 1978 2002
Envergure (m) 9,60 10,90
Longueur(m) 14,31 15,27
Hauteur (m) 3,85 5,34
Masse à vide (tonne) 6,25 10,20
Masse maximal au décollage (tonne) 11,90 24,50
Masse maximal à l’appontage (tonne) 8,10 -/-
Comparaison Super Etendard Rafale M
Type de propulseur 1 réacteur Snecma Atar 8K50 2 réacteurs Snecma M88-2
Poussée (tonne) 5 7,5
Vitesse maximale (Mach) 1,3 1,8 (2.170km/h)
Plafond (m) 18.000 18.000
Ravitaillement en vol oui oui
Autonomie (heure) 1h45 à 2h15 avec un réservoir supplémentaire 1h30 à 3h00
Autonomie (km) 1.389 1.852

Équipement électronique

Comparaison Super Etendard Rafale M
Radar multifonctions Anémone Radar RBE-2
Nacelle laser Atlis Nacelle laser Atlis
Détecteur Sherloc (DRAX) Contre-mesure électronique Spectra
Brouilleurs Barracuda Système EMTI
Pod CRM 280 et caméra numérique SDS 250 pour la reconnaissance photo Capteur optronique OSF
FLIR + pod laser de DO Damoclès Lance-leurres

Armement

Comparaison Super Etendard Rafale M
2 Canons DEFA de 30mm (122 coups par arme) Canon de 30mm DEFA 791
2 Missiles Magic 2 Missiles air-air Magic 2 à guidage infrarouge
Missile AM-39 Exocet antinavire
Missile nucléaire ASMP Missiles MICA à guidage électro-magnétique
Missile AS-30L
Bombes à guidage laser et Bombes lisse

Constructeur : Dassault
Source : Marine Nationale
Crédit photo : Marine Nationale , netmarine.net


Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 23 mai 2017

Publication

427 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
9 Sites Web
5 Auteurs

Visites

77 aujourd'hui
262 hier
1954814 depuis le début
20 visiteurs actuellement connectés